AIDE TECHNIQUE AUX GESTIONNAIRES I.R.D.

 

PRESENTATION DE LA FORMATION

 

la multiplicité des interventions en conseil auprès des gestionnaires a mis en évidence un certain nombre de réponses qui relèvent le plus souvent de la simple connaissance technique de base des ouvrages courants du bâtiment, et également des quelques principes fondamentaux de fonctionnement des appareils ménagers ou d’équipement des habitations.

Il apparait également que l’expert possède des moyens techniques d’investigation qu’il n’utilise peut-être pas,

  • Dans ces conditions, il apparait utile de les sensibiliser à  l’acquisition de la connaissance des moyens d’investigation des experts sur le terrain.

Certaines démarches et recherches doivent être engagées par l’expert de façon systématique, et parfois oubliées, afin de :

  1. maitriser les couts de réparation-reconstruction
  2. déterminer l’origine précise du sinistre pour, entre autres, faciliter la gestion du sinistre en aval,( recours,) et éviter une réouverture du dossier pour des « imprévus » qui auraient pu être identifiés à temps .

La méconnaissance, par le gestionnaire, de la technologie de base des différents corps d’état, et des moyens dont devrait disposer l’expert l’empêchent de prendre et garder l’initiative de la conduite du dossier au stade de l’expertise.

Il est souvent tributaire des décisions sur le terrain auxquelles il ne participe pas, et dont il ne connait pas les impératifs (difficultés techniques, solutions courantes, habitudes, conventions, concurrences)

 

il en résulte la production d’un rapport d’expertise difficile à comprendre et à exploiter.

 

 

 

OBJECTIF :

Permettre au gestionnaire de maitriser l’évolution technique de l’expertise en encadrant le travail de l’expert par la mise en place de garde fous résultant de l’acquisition des connaissances des moyens techniques d’investigations et des conséquences des technologies constructives existantes avant le sinistre.

MOYENS :

  1. présentation simplifiée des technologies de base applicables aux sinistres les plus courants et pour lesquels il est apparu une fréquence de difficultés de compréhension, ainsi que la législation applicable
  2. Expliquer ce qu’il faut exiger de l’expert sur le terrain, en application des connaissances techniques de base ainsi acquises et en exigeant la présentation des normes et textes applicables au sinistre à gérer

 

Ces deux bases de connaissances consolidées aboutiront nécessairement à

  • Une définition solide de la cause du sinistre
  • L’absence de dépôt de rapports imprécis
  • La maitrise des recours et leur fondement
  • Une rapidité de gestion
  • La compréhension de la technique de réparation, voire opposer son doute à l’expert sur sa méthode d’intervention.

PROPOSITION

POUR CHAQUE NATURE DE GARANTIE RETENUE, PRESENTATION DE :

  1. La technologie de base, les fonctionnements
  2. La législation applicable( DTU, fumisterie, règle neige vent, amiante etc…) il s’agirait de la synthèse de la norme existante, et non de la production des textes, trop lourde en coût et temps de lecture
  3. Les sinistres les plus fréquemment rencontrés
  4. La démarche idéale de l’expert, ses moyens techniques, ses investigations possibles, leur cout
  5. Les méthodes courantes de réparation
  6. Les recours
  7. La convention APSAD applicable
  8. Les risques d’évolution coûteuse (mérule, surtension sur informatique, défaut d’assèchement, affouillements sous fondations, absence de diagnostic sur ossatures et amiante)
  9. la mise aux normes, différence entre le non respect des règles de l’art lors de la construction et l’évolution des normes en fonction du corps d’état et qui engage cette garantie

 

 

LES GARANTIES SUIVANTES SONT ETUDIEES DANS L’ ORDRE DETAILLE CI DESSUS

 

GRELE

  • Terminologie des travaux de couverture
  • Les matériaux vulnérables
  • Les parties de toiture vulnérables
    • Les difficultés de réparations ponctuelles, identification progressive des dommages, pourquoi l’entrepreneur peut prévoir large, mais identifier les surcoûts quantitatifs et tarifaires
  • Les modes réparatoires
  • Les bâchages
    • Deux natures et deux couts
    • La location, comment en réduire le coût
  • Echafaudages
    • De pied
    • D’échelle
  • Ardoise en recherche
  • Le réemploi des matériaux, possible ?
  • Cas spéciaux :
    • Le modèle de tuile ou ardoise ne se fait plus, leurs dimensions sont incompatibles avec une réparation, la solution.
    • L’amiante, législation, astuces .
  • Les ouvrages à ne pas prendre, résultent du non respect des règles de l’art.

 

  • TEMPETE
  • La norme applicable,
  • la garantie décennale, conditions de cumul avec la multirisque
  • Terminologie des ouvrages de charpente
  • les parties de charpente sollicitées par le vent
    • Les méthodes de réparation
    • Les difficultés de reprises partielles, niveaux et pentes
    • Les fourrures sur vieille charpente conservées
  • Le matériel qui supprime les échafaudages
  • Les ouvrages à ne pas prendre et résultent de malfaçons , défauts d’entretien.

 

DEGAT DES EAUX

  • Notions basiques de :
    • Peinture
    • Revêtements de sols, souples et parquets
    • Plâtrerie
    • Isolation murale et plafond
    • Menuiseries
    • Electronique, les composants face à l’eau
  • Les assèchements
  • Les dommages à l’informatique
  • Les dommages visibles
    • Leur diagnostic
    • Leur évolution
  • Les dangers de reprise précoce
  • Résistance des bois massifs
  • Les dommages invisibles mais certains, réouverture du dossier :
    • Pourriture cubique
    • Mérule
    • Les panneaux de particules
  • Les précautions à prendre
    • Sauvetage des parquets
    • Assèchement des parties électriques fixes
    • Les moteurs thermiques,  tondeuses,…
  • Les inondations
    • Remplacement des cloisons de doublage ?
    • Remplacement des isolants muraux ?
    • Remplacement des canalisations électriques ?
  • Le diagnostic possible et fiable à exiger de l’expert
    • Magnéto 500 V.
  • Les affouillements sous les fondations

 

LES INCENDIES ( option de quatre heures)

  • le rapport de reconnaissance,
    • les difficultés du premier passage, les contourner,
    • la recherche des causes, la méthode
    • la maitrise du recours en fonction de l’avancement de la reconnaissance
    • les sauvegardes
  • l’expertise normale
    • la conduite du chiffrage
    • l’évolution des dommages
    • la maitrise des entreprises locales
    • le carnet d’adresse

les conventions APSAD

les mises en cause

l’expertise judiciaire

  • comment préserver les preuves
  • les moyens de faire valoir sa position
  • les documents à communiquer et qui favorisent la conclusion
  • les dires

Le dtu 24 2 2

Incendie des parties communes en copropriété

Recours des voisins

Notions de maçonnerie,  béton des chainages

Les mesures de sauvegarde

Différents types de bâchage en fonction des dommages

Le diagnostic amiante

Le diagnostic des parties d’ossature en béton armé

La décontamination sur objets métalliques

Les possibilités de sauvetage du mobilier en fonction de sa nature

  • Matelas
  • Vêtements
  • Contenu des congélateurs
  • L’outillage électroportatif

Les incendies volontaires ou criminels

  • Profil du dossier en fonction de la date et de l’heure du sinistre
  • Profil du sociétaire
  • Son discours
  • Ses questions
  • Modification récente des garanties
  • Que peut-on demander et exiger de l’expert
    • Définition exacte du ou des points de départ
    • Expliquer l’incohérence de la propagation du feu
    • Les limites du prélèvement

 

 

  • RISQUE ELECTRIQUE
  • Notions simples d’électricité
  • Explication simplifiée du fonctionnement de :
    • Réfrigérateur
    • Lave-linge
    • Sèche-linge
    • Four micro-ondes
    • Ordinateurs, intensités de fonctionnement
  • Contrôle de la possibilité d’un sinistre en fonction du type de fonctionnement
  • Surtension sur ordinateur portable…
  • Les pompes à chaleur
    • Principe de fonctionnement
    • La marque la plus souvent en panne
    • La vulnérabilité des cartes mères
    • Leur remplacement systématique au titre de la surtension
  • Ce qu’on doit imposer à l’expert
    • entreprises de réparation
    • Varistances
    • Mobilité de l’axe de compresseur
  • Ce qui doit être entrainer un refus de prise en charge :
    • Le blocage du compresseur
    • Les varistances intactes
    • La fuite de fréon
  • La chute de foudre
    • Canalisée
    • Atmosphérique
    • Directe
  • Les différentes surtensions
  • Rupture de neutre en triphasé

Réseau public :

  • La responsabilité d’ENEDIS
  • Les mesures de tension
  • Les sous tensions
  • Dommages consécutifs
  • Les courants de rupture
  • Les dommages inacceptables
    • Par extinction de l’appareil
    • La chute des appareils
    • Le blocage mécanique des compresseurs
    • Ce qu’on doit demander à l’expert
      • Contrôle des varistances pour infirmer ou confirmer une surtension
      • La description des dommages constatés sur les cartes mères
      • La photo systématique
      • La recherche des autres appareils électriques branchés et endommagés ou non

 

  • LE VOL
  • Convention APSAD locataire
  • Notions de serrurerie
    • Serrures ordinaires
    • Serrures multipoints
  • Modes d’effraction
    • Des serrures
    • Des menuiseries
  • Notions de valeurs de remplacement valeur vénale
    • Meubles anciens
    • Meubles modernes
    • L’or
    • L’argent
  • LE BRIS DE GLACES
  • Les principaux types de vitrages
    • Leurs applications
  • Les fraudes sur le remplacement
  • La disparité des tarifs, causes
    • Importance du chiffre d’affaires des miroiteries locales
    • L’éloignement du vitrier par rapport au miroitier
    • Les difficultés de démontage des parcloses, risque de bris
  • Les significations des abréviations pour identifier la nature du vitrage